Galacto-Oligosaccharides : posologie, usage, effets secondaires, interactions

Les galacto-oligosaccharides sont constitués de sucres végétaux liés en chaînes. On les retrouve naturellement dans les produits laitiers, les haricots et certains légumes-racines. Les gens utilisent les galacto-oligosaccharides comme prébiotiques. Les prébiotiques agissent comme nourriture pour les « bonnes » bactéries dans l’intestin. Ne confondez pas les prébiotiques avec les probiotiques comme les lactobacilles, les bifidobactéries et les saccharomyces, qui sont des organismes vivants bons pour la santé.

Les galacto-oligosaccharides sont le plus souvent utilisés pour les troubles gastriques tels que la constipation et pour prévenir les allergies chez les nourrissons. Ils sont également utilisés pour le cancer du côlon et du rectum, les infections des voies respiratoires supérieures et d’autres affections, mais il n’existe aucune preuve scientifique valable pour appuyer la plupart de ces utilisations.

Dans les aliments, les galacto-oligosaccharides sont utilisés comme édulcorants.

Comment ça marche ?

Les galacto-oligosaccharides passent sans être digérés dans le côlon où ils augmentent la masse intestinale et favorisent la croissance de certaines bactéries que l’on croit bénéfiques.

Utilisation et Efficacité

Possiblement efficace pour

  • Eczéma (dermatite atopique). Donner une préparation enrichie de galacto-oligosaccharide aux nourrissons à risque d’allergie semble aider à prévenir l’apparition de l’eczéma. Mais les galacto-oligosaccharides ne semblent pas réduire le risque d’eczéma chez les nourrissons en santé sans facteurs de risque.
  • Pleurs excessifs chez les nourrissons (coliques). La recherche montre que le fait de donner aux nourrissons qui ont des coliques une préparation qui contient des prébiotiques, y compris des galacto-oligosaccharides, réduit le nombre d’épisodes de coliques par rapport à une préparation témoin et à la siméthicone, un médicament de contrôle.
  • Urticaire (urticaire). La recherche montre que l’alimentation des nourrissons à risque élevé d’allergies avec une préparation qui contient des prébiotiques, y compris des galacto-oligosaccharides, réduit le risque de développer des ruches à l’âge de 2 ans.

Possiblement inefficace pour

  • Rhume des foins. Nourrir les nourrissons à risque d’allergie avec une préparation contenant des galacto-oligosaccharides et des probiotiques ne semble pas réduire le risque de développer le rhume des foins à l’âge de 2 ans.
  • Allergies alimentaires. Nourrir les nourrissons à risque d’allergie avec une préparation contenant des galacto-oligosaccharides ne semble pas réduire le risque de développer des allergies alimentaires avant l’âge de 1 à 2 ans.

Preuves insuffisantes pour

  • Asthme. Certaines recherches montrent que l’alimentation des nourrissons à risque d’allergie par une combinaison de galacto-oligosaccharides et de probiotiques ne réduit pas le risque de développer de l’asthme à l’âge de 2 ans. Mais nourrir les nourrissons à haut risque d’allergies avec une préparation contenant des prébiotiques, y compris des galacto-oligosaccharides, semble réduire le risque de développer une respiration sifflante à l’âge de 2 ans. La respiration sifflante est liée à un risque accru de développer de l’asthme.
  • Constipation. Certaines recherches montrent que la consommation de yogourt contenant des pruneaux, des galacto-oligosaccharides et des graines de lin peut soulager la constipation. Mais d’autres recherches montrent que la consommation de yogourt ne contenant que des galacto-oligosaccharides ne soulage pas la constipation.
  • Incapacité de digérer correctement le lactose (intolérance au lactose). Les premières recherches montrent que la prise de galacto-oligosaccharides ne réduit pas les symptômes comme la diarrhée, les gaz et les ballonnements chez les personnes intolérantes au lactose. Mais cela peut diminuer les douleurs à l’estomac.
  • Groupe de symptômes qui augmentent le risque de diabète, de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (syndrome métabolique). Les premières recherches montrent que la prise de galacto-oligosaccharides n’améliore pas la plupart des mesures du syndrome métabolique.
  • Jaunissement de la peau des nourrissons (jaunisse néonatale). La bilirubine est une substance dans le corps. Des taux élevés de bilirubine chez les nourrissons peuvent provoquer un jaunissement de la peau. L’administration d’une préparation contenant des prébiotiques, y compris des galacto-oligosaccharides, aux nouveau-nés ayant des taux légèrement élevés de bilirubine peut réduire les taux de bilirubine. On ne sait pas si les galacto-oligosaccharides abaissent le taux de bilirubine chez les nourrissons présentant des taux très élevés.
  • Obésité. La prise de galacto-oligosaccharides pendant 2 semaines semble réduire l’appétit et pourrait aider à la perte de poids. Mais des études plus longues sont nécessaires pour le confirmer.
  • Croissance et développement des prématurés. Les premières recherches montrent que l’ajout d’une combinaison de galacto-oligosaccharides, de fructo-oligosaccharides et d’oligosaccharides acides de pectine au lait maternel ou à la préparation ne contribue pas à améliorer le développement du cerveau ou des muscles des enfants qui sont nés prématurément.
  • Infection des voies respiratoires supérieures. Certaines recherches montrent qu’une combinaison de polydextrose prébiotique et de galacto-oligosaccharides aide à prévenir les infections des voies respiratoires supérieures chez les nourrissons prématurés. Mais donner des galacto-oligosaccharides à des nourrissons à terme en bonne santé ne semble pas être bénéfique. De plus, chez les étudiants universitaires en bonne santé qui subissent un stress lié aux examens, la prise de galacto-oligosaccharides ne réduit pas les symptômes des infections des voies respiratoires supérieures.
  • Cancer du colon et du rectum.
  • Maladie de Crohn.
  • Diarrhée.
  • Grippe.
  • Syndrome du côlon irritable.
  • Ostéoporose.
  • Maladie intestinale appelée colite ulcéreuse.
  • Maladie appelée la poche, qui peut se développer après une intervention chirurgicale dans le cas de la colite ulcéreuse.
  • Stress.
  • Autres conditions.

D’autres données sont nécessaires pour évaluer l’efficacité des galacto-oligosaccharides pour ces utilisations.

Effets secondaires et sécurité

Pris par voie orale : Les galacto-oligosaccharides sont potentiellement sans risque lorsqu’ils sont pris à des doses allant jusqu’à 20 grammes par jour pendant 30 jours. Les effets secondaires sont généralement légers et peuvent inclure des gaz (flatulences), des ballonnements, des crampes d’estomac et de la diarrhée.

Précautions spéciales et mises en garde :

  • Grossesse et allaitement : Les galacto-oligosaccharides sont POSSIBLEMENT SANS PROTECTION lorsqu’ils sont pris à des doses inférieures à 4,5 grammes par jour à partir de la 25e semaine de gestation et jusqu’à la livraison. Il n’y a pas assez d’information fiable pour savoir si les galacto-oligosaccharides sont sans danger pour l’allaitement. Restez du bon côté et évitez de l’utiliser.
  • Enfants : Les galacto-oligosaccharides sont potentiellement sans risque lorsqu’ils sont ajoutés au lait maternel ou à la préparation pour nourrissons à des concentrations inférieures ou égales à 7,2 g/L et donnés quotidiennement aux nourrissons selon les besoins pendant 6-12 mois.
  • « Maladies auto-immunes » telles que la sclérose en plaques (SEP), le lupus (lupus érythémateux disséminé, LED), la polyarthrite rhumatoïde (PR) ou autres affections : Les galacto-oligosaccharides pourraient rendre le système immunitaire plus actif. Cela pourrait accroître les symptômes des maladies auto-immunes. Si vous souffrez d’une maladie auto-immune, il est préférable d’éviter d’utiliser les galacto-oligosaccharides comme médicament jusqu’à ce qu’on en sache plus.

Interactions ?

Nous ne disposons actuellement d’aucune information sur les interactions possibles des GALACTO-OLIGOSACCHARIDES.

Dosage

Les doses suivantes ont fait l’objet d’études scientifiques :

ENFANTS

PAR VOIE ORALE :

  • Pour l’eczéma (dermatite atopique) : 20 gouttes de sirop contenant 0,8 g de galacto-oligosaccharides, avec une capsule de probiotiques, par jour pendant 6 mois ; formule contenant 0,8 g/L de galacto-oligosaccharides et fructo-oligosaccharides, par jour au besoin pendant 6 mois.
  • Pour les pleurs excessifs chez les nourrissons (coliques) : Formule contenant 8 grammes/L d’un mélange de galacto-oligosaccharides (90%) et de fructo-oligosaccharides (10%) par jour selon les besoins pendant 2 semaines.
  • Pour ruches (urticaire) : Formule contenant 0,8 g/L de galacto-oligosaccharides et de fructo-oligosaccharides par jour pendant 6 mois.