Pilule Varnoline : description, effets secondaires & interactions

Dans quels cas la pilule Varnoline est-elle prescrite ?

Varnoline (aussi appelée Marvelon ailleurs en Europe, et vendue sous ce nom sur notre pharmacie partenaire), est une pilule contraceptive prescrite aux femmes qui ne souhaitent pas une grossesse. Votre médecin vous prescrira la pilule Varnoline en tenant compte de vos facteurs de risque de TEV (thrombo-embolie veineuse) et du risque de TEV avec Varnoline en comparaison aux autres contraceptifs hormonaux combinés (CHC).

acheter varnoline
Nom
Varnoline / Marvelon
Fabriquant
MSD
Ingrédient actif
Ethinylestradiol/Desogestrel
Indications
Contraceptif Oral.
Dosage
1 comprimé par jour à heure régulière.
Voie d’administration
Voir orale.
Génération
3ème génération
Prise
Sur 21 jours
Type
Pilule combinée
Disponibilité du produit
En stock
Prise en charge
Non remboursée.
Où l'acheter ?

Présentation détaillée de Varnoline

Varnoline est une pilule contraception combinée car elle contient un estrogène et un progestatif. Elle est minidosée (moins de 0,04 mg d’estrogène) et monophasique. Tous les comprimés contiennent donc la même quantité d’hormones, ce qui explique qu’ils soient tous de la même couleur. La pilule Varnoline est commercialisée par le laboratoire Merck Sharp et Dohne. C’est une pilule contraceptive soumise à prescription médicale. Il vous faut donc une ordonnance pour pouvoir acheter Varnoline en ligne ou en pharmacie.

Présentation des plaquettes

Chaque plaquette PVC/Aluminium comprend 21 comprimés. Sur la plaquette se trouve des flèches et derrière chaque comprimé est indiqué le jour de la semaine. Cela vous permet de voir facilement si vous avez oublié de prendre un comprimé Varnoline. Chaque contient 1 ou 3 plaquettes.

Aspect et forme

Chaque comprimé pelliculé est blanc et rond.

Ingrédients et composition de Varnoline

Principes actifs Désogestrel, Ethinylestradiol
Autres ingrédients Lactose, Alpha-tocophérol, Amidon de pomme de terre, Povidone, Silice colloïdale,Stéarique acide.

Mode d’administration et posologie

Pour une efficacité optimale de cette pilule contraceptive, il est important de bien respecter sa posologie. Vous devez prendre un comprimé Varnoline par jour et à la même heure. Vous devez prendre un comprimé chaque jour pendant 21 jours consécutifs. Vous devez ensuite respecter un arrêt de 7 jours entre deux plaquettes. C’est pendant cet arrêt qu’apparaît une hémorragie de privation.

Vous devez commencer la plaquette suivant au 8ième jour. Suivez bien les flèches afin de vérifier si vous avez oublié de prendre un comprimé. Nous allons maintenant vous expliquer comment débuter la prise de la pilule contraceptive Varnoline :

  • Si vous n’avez pas utilisé de contraceptif hormonal le mois précédent

Si vous êtes dans ce cas précis, vous devez prendre le 1er comprimé de la plaquette le 1er jour des règles.

  • En relais d’une autre méthode contraceptive estroprogestative (COC), d’un anneau vaginal ou d’un patch

En relais d’un contraceptif oral combiné (COC), vous devez prendre de préférence le 1er comprimé Varnoline le jour qui suit la prise du dernier comprimé actif du contraceptif précédent ou le jour qui suit au plus tard la période habituelle d’arrêt des comprimés ou de prise de comprimés placebo.

Lors du relais d’un anneau vaginal ou d’un patch, il est conseillé de prendre le 1er comprimé le jour du retrait du dispositif ou au plus tard le jour qui été prévu pour la nouvelle pose.

  • En relais d’une contraception progestative seule ou d’un système intra-utérin possédant un progestatif

Dans le cas d’un relais d’une contraception progestative seule , vous pouvez débuter la prise de la pilule contraceptive Varnoline a tout moment du cycle et doit être débutée le lendemain de l’arrêt.

Lors du relais d’un implant ou d’un système intra-utérin contenant un progestatif, la prise du 1er comprimé doit se faire le jour du retrait ou le jour prévu pour la nouvelle injection lorsqu’il s’agit d’un relais d’une contraception progestative injectable.

Lors de ce type de relais, il vous sera recommandé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire non hormonale durant les 7 premiers jours du traitement Varnoline.

  • Après une interruption de grossesse du 1er trimestre

Vous pouvez commencer la prise de la pilule contraception Varnoline immédiatement. Il n’est pas conseillé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire.

  • Après un accouchement ou après une interruption de grossesse du 2ème trimestre

Le post-partum immédiat est associé à une augmentation du risque de développer une trhombo-embolie. Il est donc déconseillé de débuter un contraceptif estroprogestatif avant 21 à 28 jours après l’accouchement ou après une interruption de grossesse du 2ème trimestre.

Si le traitement Varnoline est débuté après plus de 28 jours après un accouchement ou une interruption de grossesse du deuxième trimestre, il est conseillé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire mécanique durant les 7 premiers jours de la prise de Varnoline. Il faut savoir que si vous avez eu des rapports sexuels, il est important de vérifier que vous n’êtes pas enceinte avant de prendre Varnoline ou d’attendre les premières règles.

Mécanisme d’action : comment fonctionne Varnoline ?

Varnoline, via ses agents actifs, évite le risque d’une grossesse selon 3 actions. Les hormones vont en effet empêcher qu’un ovule fécondable ne vienne à maturité. La glaire cervicale est modifiée par l’action de Varnoline et devient plus épaisse pour empêcher la progression des spermatozoïdes. Et enfin, l’endomètre sous l’influence des hormones ne pourra pas accueillir l’ovule fécondé.

Les études & actualités sur cette pilule

Etudes menées sur l’efficacité de cette pilule

L’efficacité d’une pilule est indiquée par l’indice de PEARL(1). Il s’agit d’un indicateur utilisé pour exprimer l’efficacité d’un dispositif contraceptif. Il est calculé en divisant le nombre moyen de grossesses non planifiées par le nombre de mois d’utilisation de la méthode contraceptive. L’indice de PEARL de la pilule Varnoline est de zéro. Cela veut donc dire que c’est une pilule contraceptive efficace à 100 %.

L’actualité sur la pilule Varnoline

Varnoline est une pilule contraceptive de 3ème génération. C’est donc une pilule qui a fait beaucoup parlé d’elle (2) comme toutes celles de 3ème génération. Il leur est en effet reproché le risque important de développer une thrombo-emboilie veineuse ou artérielle. Compte tenu des risques, c’est une pilule prescrite en deuxième intention et une fois que le médecin a écarté tous les facteurs de risques de la patiente.

Que faire en cas d’oubli ?

Oublier un comprimé réduit l’efficacité de la pilule Varnoline et vous expose à un risque de grossesse. Nous allons donc vous indiquer la marche à suivre lors de l’oubli d’un comprimé Varnoline :

  • Si vous vous en apercevez dans les 12 heures

Si vous constatez que vous avez oublié de prendre un comprimé dans les 12 heures qui suivent sa prise habituelle, vous devez prendre immédiatement le comprimé oublié et continuer le traitement comme d’habitude et notamment prendre le comprimé suivant à l’heure habituelle.

  • Si vous vous en apercevez au-delà de 12 heures

Si vous vous rendez compte que vous avez oublié de prendre un comprimé au-delà des 12 heures qui suivent sa prise habituelle, l’efficacité contraceptive de Varnoline peut être réduite. Lors de ce type d’oubli, il y a deux règles à suivre :

La première règle : L’intervalle entre les 2 plaquettes ne doit jamais dépasser 7 jours.

La deuxième règle : 7 jours de prise ininterrompue du traitement sont nécessaires pour obtenir une inhibition correcte de l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien.

En conséquence, il vous sera donner les conseils suivants selon la semaine concernée par l’oubli du comprimé:

Semaine 1 :

Vous devez prendre le dernier comprimé oublié dès que vous vous en apercevez même si cela implique la prise de deux comprimés en même temps. Prenez les comprimés suivants comme d’habitude. Il est cependant conseillé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire de type préservatif pendant les 7 jours suivants.

Si vous avez eu des rapports sexuels dans les 7 jours qui précédent l’oubli, vous avez un risque de grossesse. Ce risque de grossesse est plus élevé si vous oubliez plusieurs comprimés ou si le jour de l’oubli est proche de l’arrêt de 7 jours entre deux plaquettes.

Semaine 2 :

Vous devez prendre le dernier comprimé oublié dès que vous vous en apercevez même si cela implique de prendre 2 comprimés Varnoline en même temps. Vous devez prendre les comprimés suivants à l’heure habituelle.

Si vous avez pris correctement les autres comprimés pendant les 7 jours qui précédent l’oubli, il n’est pas utile d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire. Si vous avez oublié de prendre plusieurs comprimés, il est conseillé dans ce cas d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire durant 7 jours.

Semaine 3 :

En semaine 3, l’efficacité du traitement est très réduite car l’oubli est proche de l’arrêt des 7 jours. Il est toutefois possible d’empêcher la diminution de son efficacité contraceptive en procédant comme cela :

Si vous avez pris correctement tous les comprimés durant les 7 jours qui précédent l’oubli, vous ne devez pas utiliser de méthode contraceptive complémentaire. Il est alors possible de suivre l’un des 2 schémas que nous vous expliquons ci-dessous. Dans le cas contraire, nous vous conseillons de suivre le premier schéma et d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire durant 7 jours :

Schéma 1 : 

Il est conseillé aux patientes de prendre le dernier comprimé oublié que vous vous en apercevez même si cela implique de prendre 2 comprimés en même temps. Les comprimés suivants sont à prendre aux heures habituelles. La plaquette suivante doit être commencée dès que la plaquette précédente est terminée c’est-à-dire sans respecter l’arrêt des 7 jours entre les deux plaquettes.

Schéma 2 :

Il peut être conseillé un arrêt de la prise des comprimés Varnoline de la plaquette en courts. Dans ce cas, un arrêt de 7 jours maximum doit être respecté avant de commencer une nouvelle plaquette. Si vous avez oublié plusieurs comprimés, si vous notez l’absence d’hémorragie de privation, il est possible que vous soyez enceinte. Consultez votre médecin.

Conduite à tenir en cas de perte ou rejet de la pilule

Si vous avez des troubles intestinaux et notamment des vomissements ou une diarrhée sévère, il est possible que l’absorption d’un comprimé Varnoline ne soit pas complète et l’utilisation d’une méthode contraceptive complémentaire peut être nécessaire.

Si vous vomissez dans les 3 à 4 heures qui suivent la prise du comprimé, vous devez prendre un nouveau comprimé en remplacement le plus tôt possible. Le nouveau comprimé doit être pris de préférence dans les 12 heures qui suivent l’heure habituelle. Si plus de 12 heures se sont passées, vous devez appliquer les mêmes consignes que lors d’un oubli d’un comprimé depuis plus de 12 heures que nous vous avons expliqué un peu plus haut. Si les vomissement durent, il est conseillé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire.

Comment réagir en cas de surdosage ?

Si vous avez pris plus de comprimés que vous n’auriez dû, le surdose peut se manifester par des nausées et des vomissements et par des saignements vaginaux chez les jeunes filles. Consultez votre médecin afin de traiter les symptômes d’un surdosage.

Précautions d’emploi

Effets indésirables possibles

Comme c’est le cas avec tous les médicaments, des effets secondaires ont été constatés lors de la prise de la pilule contraceptive Varnoline :

  • Thrombo-embolie veineuse
  • Thrombo-embolie artérielle
  • Rétention d’eau
  • Humeur dépressive
  • Changement d’humeur
  • Diminution de la libido
  • Augmentation de la libido
  • Maux de tête
  • Migraine
  • Intolérance aux lentilles de contact
  • Nausée
  • Douleur abdominale
  • Vomissement
  • Diarrhée
  • Rash cutané
  • Urticaire
  • Erythème noueux
  • Erythème polymorphe
    • Mastodynie
    • Tension mammaire
    • Augmentation du volume des seins
    • Ecoulement vaginal
    • Ecoulement mammaire
    • Prise de poids
    • Perte de poids
    • Hypertension artérielle
    • Tumeur hépatique
    • Maladie de Crohn
    • Aggravation de maladie de Crohn
    • Colite hémorragique
    • Epilepsie
    • Aggravation d’épilepsie
    • Aggravation de la migraine
    • Fibrome utérin
    • Aggravation de fibrome utérin
    • Porphyrie
  • Aggravation d’une porphyrie
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Aggravation d’un lupus érythémateux disséminé
  • Chorée de Sydenham
  • Exacerbation d’une chorée de Sydenham
  • Syndrome urémique hémolytique
  • Aggravation d’un syndrome urémique hémolytique
  • Ictère cholestatique
  • Aggravation d’ictère cholestatique
  • Chloasma
  • Perturbation de la fonction hépatique
  • Angioedème
  • Aggravation d’angioedème

Si vous souffrez de l’un de ces effets indésirables ou d’un effet secondaire qui n’est pas dans cette liste, consultez immédiatement votre pharmacien ou votre médecin.

Contre-indications

Varnoline est contre-indiqué dans les cas suivants :

  • Une hypersensibilité à l’un des agents actifs ou à l’un des excipients de Varnoline
  • Si vous avez ou avez eu un caillot dans un vaisseau sanguin d’une jambe, d’un poumon ou d’autres organes
  • Si vous souffrez d’un trouble de la coagulation sanguine
  • Si vous devez être opérée
  • Si vous êtes alitée pendant une longue période
  • Si vous avez déjà eu une crise cardiaque ou un AVC
  • Si vous avez ou avez eu une angine de poitrine ou un accident ischémique transitoire
  • Si vous souffrez de diabète sévère
  • Si vous souffrez de pression artérielle élevée
  • Si vous avez un taux très élevé de graisses dans le sang
  • Si vous souffrez d’hyperhomocystéinémie
  • Si vous avez déjà eu une migraine avec aura
  • Si vous souffrez d’une pancréatite
  • Si vous avez ou avez eu une affection du foie, une tumeur du foie
  • Si vous avez des saignements vaginaux dont la cause n’est pas connue
  • Si vous avez des antécédents ou une suspicion de cancer du sein ou des organes génitaux
  • Si vous souffrez d’une hépatite C
  • Si vous fumez
  • Si vous souffrez d’obésité
  • Une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose

Interactions médicamenteuses

Varnoline est un contraceptif qui peut interagir avec les médicaments et les traitements suivants :

  • Millepertuis
  • Les traitements de l’hépatite C (dasabuvir, ombitasvir, paritaprévir)
  • Les médicaments pour traiter l’épilepsie
  • Les traitements de la tuberculose
  • Les traitements des infections par le HIV (ritonavir, névirapine, efavirenz)
  • Griséofulvine
  • Bosentan
  • Modafinil
  • Vémurafénib
  • Les médicaments qui contiennent de la ciclosporine

N’hésitez pas à indiquer à votre médecin traitent tous les médicaments et les traitements que vous prenez, même ceux sans ordonnance, afin d’éviter une interaction médicamenteuse.

Fertilité, grossesse & allaitement

Ce médicament n’a pas lieu de vous être prescrit lors d’une grossesse. Si vous vous apercevez que vous êtes enceinte pendant la prise de ce traitement contraceptif, arrêtez le et consultez votre médecin.

Si vous allaitez votre enfant, Varnoline est déconseillé car ses agents actifs passent dans le lait maternel. Il vous sera alors prescrit un autre contraceptif oral. La fertilité revient après l’arrêt du traitement et après les premières règles.

Informations supplémentaires concernant les populations particulières :

Cette pilule ne peut être prescrite aux patientes de moins de 18 ans. Elle est également déconseillée aux femmes qui souffrent d’hépatite C, de thromboses veineuses et qui ont des antécédents ou des suspicions de cancer du sein notamment.

Conduite d’un véhicule en utilisant Varnoline

Varnoline n’a aucun effet sur la conduite d’un véhicule ni sur l’utilisation de machines dangereuses.

Mises en garde 

L’utilisation d’une pilule contraceptive  hormonal combinée doit être surveillée pendant le traitement car il existe plusieurs risques dont le risque d’un caillot sanguin. Votre médecin procédera d’ailleurs avant de vous la prescrire à un interrogatoire complet et un examen clinique afin d’évaluer vos facteurs de risques. Quelques explications sur les mises en garde concernant Varnoline s’imposent donc. Les voici en détails :

Caillots sanguins

Caillots sanguins dans une veine

La prise d’un contraceptif oral hormonal est associée à un risque d’apparition d’un caillot sanguin (3) en comparaison à une non-utilisation. Les caillots sanguins peuvent se former dans les veines. On parle alors de thrombo-embolie veineuse (TEV). Ce risque est maximal la première année d’utilisation d’un contraceptif hormonal. Voici quelques chiffres :

  • Sur 10 000 femmes qui n’utilisent aucun contraceptif hormonal combiné et qui ne sont pas enceintes, 2 développeront un caillot sanguin.
  • Sur 10 000 femmes qui utilisent un contraceptif hormonal combiné contenant du lévonorgestrel, de la noréthistérone ou du norgestimate, entre 5 à 7 développeront un caillot sanguin lors de la première année.
  • Sur 10 000 femmes qui utilisent un contraceptif hormonal combiné contenant du désogestrel comme Varnoline, 9 à 12 développeront un caillot sanguin la première année.

Le risque de développer un caillot sanguin varie selon les antécédents médicaux personnels. Les facteurs de risque d’une thrombo-embolie veineuse sont l’obésité, l’âge (au-delà de 35 ans), si vous venez d’accoucher, si vous devez être opérée ou alitée, si l’un des membres de votre famille proche a un caillot sanguin à un âge relativement jeune.

Caillots sanguins dans une artère

Un caillot sanguin dans une artère peut être lourd de conséquences. L’âge, si vous fumez, si vous êtes en surpoids, si vous souffrez de migraines avec aura, si vous souffrez de problèmes cardiaques, si vous êtes diabétiques, si un membre de votre famille proche a eu un AVC ou une crise cardiaque, si vous souffrez de pression artérielle élevée, vous avez des facteurs de risque élevés de développer un caillot sanguin dans une artère. Il est donc important de voir avec votre médecin vos antécédents, vos facteurs de risques, avant d’utiliser Varnoline.

Les symptômes

Les symptômes d’un caillot sanguin dans une veine ou une artère sont les suivants :

  • Gonflement unilatéral d’une jambe et/ou d’un pied
  • Une douleur ou une sensibilité dans une jambe, en position debout ou pendant la marche
  • Une sensation de chaleur, de rougeur ou un changement de la coloration cutanée de la jambe
  • Un essoufflement soudain et inexpliqué ou une accélération de la respiration
  • Une toux soudaine
  • Une douleur thoracique aiguë
  • Des sensations vertigineuses
  • Des étourdissements
  • Des battements cardiaques ou irréguliers
  • Une céphalée soudaine
  • Une sensation d’encombrement, d’indigestion ou de suffocation
  • Une transpiration excessive
  • Des nausées, des vomissements
  • Une faiblesse
  • Une confusion, des difficultés à parler
  • Une crise convulsive
  • Une difficulté soudaine à marcher

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, il est bien sûr nécessaire de consulter immédiatement votre médecin.

Le cancer

Certaines études épidémiologiques (4) suggèrent que les contraceptifs estroprogestatifs pourraient être associés à une augmentation du risque de cancer du col de l’utérus chez les utilisatrices de CHC à long terme (> 5 ans). Il n’est cependant pas établi si ces pathologies sont dues à d’autres facteurs comme le comportement sexuel et le papillomavirus virus humain (HPV).

Une méta-analyse de 54 études épidémiologiques a conclu qu’il existe une légère augmentation du risque relatif de cancer du sein chez les femmes sous contraception estroprogestative. Cette majoration du risque disparaît progressivement au cours des 10 ans qui suivent l’arrêt d’une contraception estroprogestative.

Le cancer du sein étant rare chez les femmes de moins de 40 ans, le nombre plus élevé de cancers diagnostiqués chez les utilisatrices habituelles ou nouvelles utilisatrices d’une contraception orale reste faible par rapport au risque global de cancer du sein.

Ces études ne permettent pas d’établir une relation de causalité. II est possible que, chez les utilisatrices de contraception estroprogestative, cette augmentation du risque soit due à un diagnostic plus précoce du cancer du sein, aux effets biologiques de cette contraception ou à l’association des deux. Les cancers du sein diagnostiqués chez les utilisatrices ont tendance à être moins évolués cliniquement par rapport à ceux diagnostiqués chez des femmes n’en ayant jamais utilisé.

Dans de rares cas, des tumeurs bénignes du foie, et dans de plus rares cas encore, des tumeurs malignes du foie ont été rapportées chez des utilisatrices de contraceptifs estroprogestatifs. Dans des cas isolés, ces tumeurs ont conduit à des hémorragies intra-abdominales mettant en jeu le pronostic vital. Chez les femmes sous contraceptifs oraux, la survenue de douleurs de la partie supérieure de l’abdomen, d’augmentation du volume du foie ou de signes d’hémorragie intra-abdominale doit faire évoquer une tumeur hépatique.

L’utilisation de contraceptifs estroprogestatifs plus fortement dosés  diminue le risque de cancer de l’endomètre et de l’ovaire. Ceci demande à être confirmé avec les contraceptifs estroprogestatifs plus faiblement dosés.

Dépression

Certaines patientes qui utilisent des contraceptifs hormonaux ont fait état d’une dépression ou d’un état dépressif. La dépression est une pathologie grave qui peut donner dans certains cas des idées suicidaires. Il est donc conseillé aux patientes qui présentent des changements d’humeur et des symptômes dépressifs lors de la prise de la pilule Varnoline de consulter immédiatement son médecin traitant.

Les autres pathologies

Chez les femmes atteintes d’hypertriglycéridémie ou ayant des antécédents familiaux d’hypertriglycéridémie, un risque accru de pancréatite peut survenir en cas d’utilisation d’une contraception estroprogestative.

Une augmentation modérée de la pression artérielle a été observée chez de nombreuses femmes sous contraception estroprogestative : rarement cliniquement significative. Une interruption immédiate de la contraception orale n’est justifiée que dans ces rares cas.

La persistance de chiffres tensionnels élevés ou le non contrôle des chiffres tensionnels par un traitement antihypertenseur chez une femme hypertendue prenant une contraception estroprogestative doit faire interrompre celle-ci. Cette contraception pourra éventuellement être reprise après normalisation des chiffres tensionnels par un traitement antihypertenseur.

La survenue ou l’aggravation des pathologies suivantes a été observée au cours de la grossesse ou chez des femmes prenant des contraceptifs estroprogestatifs, bien que la responsabilité des estroprogestatifs n’ait pu être établie : ictère et/ou prurit dû à une cholestase, lithiase biliaire, porphyrie, lupus érythémateux disséminé, syndrome hémolytico-urémique, chorée de Sydenham, herpès gravidique, hypoacousie par otosclérose.

Chez les femmes présentant un angioedème héréditaire, les estrogènes exogènes peuvent induire ou aggraver des symptômes d’angioedème. Et enfin, la survenue d’anomalies hépatiques aiguës ou chroniques peut nécessiter l’arrêt des contraceptifs estroprogestatifs jusqu’à la normalisation des paramètres hépatiques.

Prix de Varnoline

Varnoline n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale. Son prix est donc libre et dépend donc de l’endroit où vous l’achetez. Voici à titre indicatif les prix pratiqués par notre pharmacie partenaire, ordonnance comprise :

Quantité Prix
3 mois 62,79 €
6 mois 90,29 €
9 mois 117,79 €
12 mois 134,29 €

Mises en garde concernant l’achat de votre pilule Varnoline sur Internet :

Il est aujourd’hui de plus en plus facile d’acheter des médicaments sur Internet. C’est une solution simple et rapide notamment dans le cas d’un renouvellement d’ordonnance. Mais il faut faire attention au site sur lequel vous achetez votre pilule Varnoline. Certains peu fiables peuvent en effet vous envoyer une contrefaçon qui peut mettre votre santé en danger et vous faire prendre le risque d’être enceinte.

N’hésitez pas à consulter notre tableau au début de cet article pour savoir où acheter la pilule Varnoline sur Internet en toute confiance.

Questions fréquentes posées

Varnoline est-elle remboursée ?

Non Varnoline n'est pas remboursée par la Sécurité Sociale.

Faut-il une ordonnance pour acheter la pilule Varnoline ?

Oui il vous faut une prescription médicale.

Est-ce que je peux retarder mes règles avec cette pilule ?

Oui. Pour cela il suffit de prendre les deux plaquettes en suivant sans respecter l'arrêt des 7 jours. Il n'est cependant pas recommandé de retarder ses règles plus deux mois d'affilés.