Pilule Alli : posologie, prix, effets secondaires, interactions

tabletten alli
Nom
Alli
Fabriquant
GlaxoSmithKline Santé Grand Public
Ingrédient actif
Orlistat
Indications
Adjuvant au régime hypocalorique.
Dosage
60 mg
Voie d’administration
Voie orale
Disponibilité du produit
En stock
Prise en charge
Non remboursé.

Alli est une pilule amaigrissante fabriquée par le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline. Elle fonctionne sur le même principe que Xenical, bien connu sur le marché de la minceur, mais avec un dosage deux fois moindre de son principe actif.

Cette pilule est conseillée principalement aux personnes qui souffrent d’obésité et dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 28.

Alli est un traitement de perte de poids vendu sans ordonnance. Vous n’en trouverez cependant pas dans les pharmacies physiques en France car celles-ci préfèrent vendre des brûleurs de graisses vendus sur prescription médicale. Vous n’en trouverez donc qu’auprès des pharmacies en ligne.

Pour que ce traitement soit efficace, il est recommandé de commencer un régime alimentaire et de pratiquer une activité physique avant, pendant et après le traitement.

 

Dans quel cas ce médicament est-il prescrit ?

ORLISTAT EG est indiqué est indiqué en association à un régime modérément hypocalorique, dans le traitement de l’obésité (IMC) supérieur ou égal à 30 kg / m²,, ou du surpoids (IMC supérieur ou égal à 28 kg / m²) associé aux facteurs de risque.

Le traitement par l’orlistat doit être arrêté après 12 semaines si les patients n’ont pas perdu au moins 5% du poids initial mesuré au début du traitement.

Pathologies pour ciblé ce médicament peut être prescrit :

  • Obésité (IMC supérieur ou égal à 30) associé à des facteurs de risque
  • Surpoids (IMC supérieur ou égal à 28) associé à des facteurs de risque.

Présentation du médicament

Médicament retiré du marché le 17/12/2012.

Ingrédients et composition 

Principe actifOrlistat.
ExcipientsCellulose microcristalline, carboxyméthylamidon sodique de type A, silice colloïdale anhydre, laurilsulfate de sodium, gélatine, dioxyde de titane, indigotine.

Mécanisme d’action

Ce médicament est utilisé avec un programme d’exercice, de changement de comportement et de régime alimentaire réduit en calories approuvé par le médecin pour vous aider à perdre du poids. Il est utilisé par certaines personnes en surpoids, comme celles qui sont obèses ou qui ont des problèmes médicaux liés au poids. La prise d’orlistat peut également vous empêcher de reprendre du poids que vous avez perdu. Perdre du poids et ne pas le reprendre peut réduire les nombreux risques pour la santé associés à l’obésité, notamment les maladies cardiaques, le diabète, l’hypertension artérielle et une durée de vie plus courte.

Les graisses alimentaires doivent être décomposées en petits morceaux avant que le corps puisse les absorber. Orlistat agit en bloquant l’enzyme qui décompose les graisses dans votre alimentation. Cette graisse non digérée passe ensuite hors de votre corps dans votre selle. Orlistat ne bloque pas l’absorption des calories provenant du sucre et d’autres aliments non gras, vous devez donc toujours limiter votre apport total de calories.

Pharmacocinétique

Absorption : 

Des études réalisées chez des volontaires de poids normal et obèses ont montré que l’absorption de l’orlistat est très faible. Huit heures après l’administration orale d’orlistat, les concentrations plasmatiques d’orlistat sous forme inchangée ne sont pas mesurables (< 5 ng/ml).

En général, aux doses thérapeutiques, la détection plasmatique d’orlistat sous forme inchangée est sporadique et les concentrations extrêmement faibles (< 10 ng/ml ou 0,02 µmol), sans signe d’accumulation, ce qui est compatible avec une absorption très faible.

Distribution :

Le volume de distribution n’a pas été mesuré, le médicament étant très peu absorbé et n’ayant pas de pharmacocinétique systémique définie. In vitro, le pourcentage de fixation de l’orlistat aux protéines plasmatiques (les lipoprotéines et l’albumine sont les principales protéines de liaison) est supérieur à 99 %. La distribution de l’orlistat dans les érythrocytes est négligeable.

Biotransformation :

D’après les études effectuées chez l’animal, il semble que le métabolisme de l’orlistat ait lieu principalement dans la paroi gastro-intestinale. D’après une étude chez des patients obèses, pour la très faible fraction de la dose absorbée au niveau systémique, les deux métabolites principaux, M1 (hydrolysation du cycle lactone à 4 atomes) et M3 (M1 avec clivage de la fraction N-formyl de la leucine) représentent au total environ 42 % de la concentration plasmatique totale.

M1 et M3 ont un cycle bêta-lactone ouvert et une activité d’inhibition des lipases extrêmement faible (respectivement 1 000 à 2 500 fois inférieures à celle de l’orlistat). Compte-tenu de cette faible activité inhibitrice et des faibles concentrations plasmatiques aux doses thérapeutiques (en moyenne, 26 ng/ml et 108 ng/ml, respectivement), ces métabolites sont considérés comme dépourvus d’effet pharmacologique.

Élimination :

Les études réalisées chez des sujets de poids normal et obèses ont montré que la principale voie d’élimination du produit non absorbé se fait par voie fécale. Environ 97 % de la dose administrée est excrétée dans les selles, dont 83 % sous forme inchangée.

L’excrétion rénale totale de l’orlistat et de ses métabolites est inférieure à 2 % de la dose administrée. L’élimination totale (fécale et urinaire) se fait en 3 à 5 jours. L’élimination de l’orlistat semble similaire chez les volontaires de poids normal et obèses. L’orlistat et ses métabolites M1 et M3 sont excrétés par voie biliaire.

Pharmacodynamie

L’orlistat est un inhibiteur puissant, spécifique et d’action prolongée des lipases gastro-intestinales. Il exerce son activité thérapeutique dans la lumière de l’estomac et de l’intestin grêle en formant une liaison covalente avec le site sérine actif des lipases gastriques et pancréatiques. L’enzyme inactivée ne peut donc plus hydrolyser les triglycérides d’origine alimentaire en acides gras libres et monoglycérides absorbables.

Dans les études à 2 ans et dans l’étude à 4 ans, un régime hypocalorique était associé au traitement, à la fois dans les groupes orlistat et placebo.

Les résultats combinés de 5 études menées sur 2 ans avec orlistat et un régime hypocalorique ont montré que 37 % des patients traités par orlistat et 19 % des patients sous placebo ont présenté après 12 semaines de traitement une perte de poids d’au moins 5 % par rapport à leur poids à l’inclusion. Parmi ces patients, à un an, 49 % des patients traités par orlistat et 40 % des patients sous placebo ont présenté une perte de poids ≥ 10 % par rapport à leur poids à l’inclusion. Inversement, parmi les patients n’ayant pas présenté une perte de poids de 5 % par rapport à leur poids à l’inclusion après 12 semaines de traitement, seulement 5 % des patients traités par orlistat et 2 % des patients sous placebo ont présenté une perte de poids ≥ 10 % à un an par rapport à leur poids à l’inclusion. Globalement, après 1 an de traitement, 20 % des patients traités par orlistat 120 mg ont perdu au moins 10 % de leur poids, contre 8 % des patients sous placebo. La différence moyenne de perte de poids entre le groupe traité et le groupe placebo était de 3,2 kg.

Les résultats de l’étude à quatre ans XENDOS ont montré que 60 % des patients traités par orlistat et 35 % des patients sous placebo ont présenté après 12 semaines de traitement une perte de poids d’au moins 5 % par rapport à leur poids à l’inclusion. Parmi ces patients, à un an, 62 % des patients traités par orlistat et 52 % des patients sous placebo ont présenté une perte de poids ≥ 10 % par rapport à leur poids à l’inclusion. Inversement, parmi les patients n’ayant pas présenté une perte de poids de 5 % par rapport à leur poids à l’inclusion après 12 semaines de traitement, seulement 5 % des patients traités par orlistat et 4 % des patients sous placebo ont présenté une perte de poids ≥ 10 % à un an par rapport à leur poids à l’inclusion. Après 1 an de traitement, 41 % des patients traités par orlistat contre 21 % des patients sous placebo ont perdu ≥ 10 % de leurs poids avec une différence moyenne de 4,4 kg entre les deux groupes. Après 4 ans de traitement, 21 % des patients traités par orlistat contre 10 % des patients sous placebo ont perdu ≥ 10 % de leur poids, avec une différence moyenne de 2,7 kg.

Par rapport aux cinq études menées sur 2 ans, dans l’étude XENDOS, un plus grand nombre de patients traités par orlistat ou par placebo ont présenté une perte de poids d’au moins 5 % à 12 semaines ou 10 % à un an par rapport à leur poids à l’inclusion. Cette différence s’explique par le fait que les cinq études menées sur 2 ans incluent la période de régime seul de 4 semaines au cours de laquelle les patients ont perdu en moyenne 2,6 kg avant de débuter le traitement.

Les résultats de l’étude à 4 ans ont également suggéré que la perte de poids obtenue avec orlistat avait retardé le développement du diabète de type 2 au cours de l’étude (incidence cumulée des cas de diabète : 3,4 % dans le groupe orlistat contre 5,4 % dans le groupe placebo). La grande majorité des cas de diabète provenait du sous-groupe de patients présentant une intolérance au glucose à l’inclusion, ce qui représentait 21 % des patients randomisés. Le bénéfice clinique à long terme de ces résultats n’est pas connu.

Chez les patients obèses diabétiques de type 2 insuffisamment contrôlés par un traitement antidiabétique, les données de quatre études cliniques d’une durée de un an ont montré que le pourcentage de patients répondeurs (perte de poids ≥ 10 %) était de 11,3 % avec orlistat comparé à 4,5 % avec le placebo. Chez les patients traités par orlistat, la différence moyenne de perte de poids par rapport au placebo était de 1,83 kg à 3,06 kg et la réduction moyenne de l’HbA1c par rapport au placebo était de 0,18 % à 0,55 %. Il n’a pas été démontré que l’effet sur l’HbA1c était indépendant de la perte de poids.

Dans une étude multicentrique (USA, Canada), en groupes parallèles, en double aveugle, versus placebo, 539 adolescents obèses ont été randomisés pour recevoir soit 120 mg d’orlistat (n = 357) soit un placebo (n = 182), 3 fois par jour pendant 52 semaines, en association à un régime hypocalorique et à une activité physique. Les deux groupes de patients ont reçu une supplémentation en vitamines. Le critère principal d’évaluation était la variation de l’IMC (Indice de Masse Corporelle) entre la date d’inclusion et la fin de l’étude.

Les résultats étaient significativement supérieurs dans le groupe orlistat (différence d’IMC de 0,86 kg/m² en faveur d’orlistat). 9,5 % des patients traités par orlistat contre 3,3 % des patients sous placebo ont perdu ≥ 10 % de leur poids à 1 an avec une différence moyenne de 2,6 kg entre les deux groupes. La différence était principalement liée au résultat obtenu dans le groupe de patients ayant perdu ≥ 5 % de leur poids après 12 semaines de traitement par orlistat, qui représentait 19 % de la population initiale. Les effets indésirables étaient globalement similaires à ceux observés chez les adultes. Cependant, une augmentation inexpliquée de l’incidence des fractures osseuses (6 % contre 2,8 % respectivement dans les groupes orlistat et placebo) a été observée.

Mode d’administration et posologie 

La posologie usuelle est de 3 gélules par jour de 60 mg. Vous devez prendre une gélule peu de temps avant chaque repas principal, pendant ou dans l’heure qui suit la fin du repas.

Vous ne devez jamais prendre plus de 3 gélules par jour. Augmenter la posologie ne vous fera pas perdre plus poids, sachez-le.

Vous devez prendre ce traitement avec un verre d’eau. Il doit être avalé et non croqué. Si vous sautez un repas ou que vous en prenez un qui ne contient pas de graisses, la prise d’Ali doit être supprimée.

Ce traitement ne doit pas être pris pendant plus de 6 mois.

Si vous ne constatez pas de perte de poids au bout de 12 semaines de traitement, nous vous conseillons de consulter votre médecin ou votre pharmacien. Il vous conseillera peut-être d’arrêter le traitement ou de changer votre régime alimentaire.

Si vous oubliez de prendre l’une de vos gélules et que votre dernier repas principal date de moins d’une heure, prenez la gélule oubliée.

Si vous avez pris votre dernier repas principal il y a plus d’une heure lorsque vous vous apercevez de l’oubli, ne prenez pas la gélule omise et prenez la suivante comme d’habitude au cours du prochain repas principal. Ne prenez jamais une double dose pour compenser celle oubliée.

Surdosage

Aucun événement indésirable significatif n’a été mis en évidence chez des sujets de poids normal et des sujets obèses exposés à des doses uniques de 800 mg d’orlistat et des doses multiples allant jusqu’à 400 mg trois fois par jour pendant 15 jours. De plus, des doses de 240 mg trois fois par jour ont été administrées à des patients obèses pendant 6 mois. Dans la majorité des cas de surdosage avec l’orlistat notifiés depuis la commercialisation, il n’a été rapporté soit aucun événement indésirable, soit des événements indésirables similaires à ceux observés à la posologie recommandée.

En cas de surdosage, il est recommandé de surveiller le patient pendant 24 heures. D’après les études réalisées chez l’animal et chez l’Homme, tout effet systémique attribuable aux propriétés d’inhibition des lipases de l’orlistat devrait être rapidement réversible.

Espace de conservation

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

N’utilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur l’emballage après « EXP ». La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

A conserver à une température ne dépassant pas +25°C.

A conserver dans l’emballage extérieur d’origine, à l’abri de la lumière et de l’humidité.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-l’égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien d’éliminer les médicaments que vous n’utilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger l’environnement.

Précautions d’emploi

Avant de prendre l’orlistat, informez votre médecin ou votre pharmacien si vous y êtes allergique; ou si vous avez d’autres allergies. Ce produit peut contenir des ingrédients inactifs, ce qui peut provoquer des réactions allergiques ou d’autres problèmes. Parlez à votre pharmacien pour plus de détails.

Avant d’utiliser ce médicament, informez votre médecin ou votre pharmacien de vos antécédents médicaux, en particulier de: un certain problème digestif (syndrome de malabsorption chronique), un certain problème de vésicule biliaire (cholestase), une thyroïde sous-active (hypothyroïdie), des calculs rénaux / problèmes (tels que le calcium calculs rénaux oxalate, hyperoxalurie), certains troubles de l’alimentation (anorexie mentale / boulimie), infection à VIH, convulsions.

Avant de subir une intervention chirurgicale, informez votre médecin ou dentiste de tous les produits que vous utilisez (y compris les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre et les produits à base de plantes).

Si vous êtes diabétique, la perte de poids peut améliorer votre contrôle de la glycémie. Assurez-vous de vérifier régulièrement votre glycémie et informez votre médecin des résultats. Votre médecin devra peut-être ajuster vos médicaments contre le diabète, votre programme d’exercice ou votre alimentation.

Ce médicament ne doit pas être utilisé durant la grossesse. La perte de poids n’offre aucun avantage potentiel à une femme enceinte et peut nuire au bébé à naître. Si vous tombez enceinte ou pensez l’être, prévenez immédiatement votre médecin.

Alli est commercialisé en France depuis mai 2009 par GlaxoSmithKline Santé Grand Public. Il est indiqué dans le traitement du surpoids (IMC1 ≥ 28 kg/m²) chez l’adulte, associé à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses. Ce médicament n’est pas soumis à prescription médicale. Il peut donc être délivré en pharmacie sans ordonnance à la demande du patient. Pour cette raison, Alli fait l’objet d’un suivi national de pharmacovigilance depuis sa commercialisation.

L’Afssaps rappelle la nécessité de respecter strictement les indications de ces deux produits et recommande :

  • aux médecins qui prescrivent Xenical® et aux pharmaciens qui dispensent Alli® et Xenical® d’informer les patients sur la possibilité de survenue d’une atteinte hépatique ;
  • aux patients de signaler immédiatement à leur médecin tout symptôme d’atteinte hépatique. Les symptômes peuvent être notamment une fatigue, un jaunissement de la peau et des yeux, des maux de ventre et une sensibilité du foie ;
  • l’arrêt immédiat du traitement par orlistat en cas de survenue de symptômes d’atteinte hépatique ainsi que la réalisation d’un bilan hépatique.

Mises en garde spécifique

Médicaments antidiurétiques :

La perte de poids sous orlistat observée au cours des études cliniques, était inférieure chez les patients présentant un diabète de type 2 à celle observée chez les patients non diabétiques. Les traitements médicaux antidiabétiques peuvent nécessiter une surveillance étroite lors de l’association à l’orlistat.

Ciclosporine :

L’association de l’orlistat à la ciclosporine est déconseillée.

Symptômes gastro-intestinaux :

Il est conseillé aux patients de suivre les recommandations diététiques qui leur sont données.

La possibilité de voir apparaître des effets indésirables gastro-intestinaux peut augmenter si l’orlistat est pris avec un régime riche en graisses (exemple : dans le cas d’un régime de 2 000 kCal/jour, > 30 % de calories d’origine lipidique équivalent à > 67 g de graisses). L’apport quotidien en graisses doit être réparti sur les trois principaux repas. Si l’orlistat est pris avec un repas très riche en graisses, la possibilité d’effets indésirables gastro-intestinaux peut augmenter.

Hémorragie rectale :

Des cas d’hémorragie rectale ont été rapportés avec ORLISTAT EG. Les prescripteurs doivent faire des examens complémentaires approfondis en cas de symptômes sévères et/ou persistants.

Contraceptifs oraux :

Afin de prévenir l’échec possible de la contraception orale, qui pourrait survenir en cas de diarrhées sévères, l’utilisation d’une méthode de contraception complémentaire est recommandée.

Anticoagulants oraux :

Les paramètres de la coagulation doivent être surveillés chez les patients sous traitement concomitant par des anticoagulants oraux.

Hyperoxalurie et néphropathie à l’oxalate :

L’utilisation de l’orlistat peut être associée à une hyperoxalurie et à une néphropathie à l’oxalate pouvant conduire à une insuffisance rénale. Ce risque est augmenté chez les patients présentant une maladie rénale chronique sous-jacente et/ou une déplétion du volume plasmatique.

Hypothyroïdie :

De rares hypothyroïdies et/ou diminutions du contrôle d’une hypothyroïdie peuvent survenir. Le mécanisme, bien que non clairement établi, pourrait faire intervenir une diminution de l’absorption des sels iodés et/ou de la lévothyroxine.

Patients prenant des antiépileptiques :

L’orlistat peut déséquilibrer le traitement anticonvulsivant en diminuant l’absorption des médicaments antiépileptiques, conduisant à des convulsions.

Antirétroviraux pour le VIH :

L’orlistat peut potentiellement réduire l’absorption des médicaments antirétroviraux utilisés dans le traitement de l’infection par le VIH, et peut avoir une incidence négative sur leur efficacité.

 

Contre-indications

La prise de la pilule Alli est contre-indiquée dans les cas suivants :

  • Si vous avez une hypersensibilité à l’agent actif ou à l’un des excipients de ce médicament
  • Si vous êtes enceinte
  • Si vous allaitez
  • Si vous avez moins de 18 ans
  • Si vous souffrez de cholestase
  • Si vous souffrez du syndrome de malabsorption chronique

Avant de prendre ce traitement pour perdre du poids, nous vous conseillons de consulter votre médecin et de lui indiquer les traitements que vous prenez ou que vous avez pris récemment, même ceux qui sont sans ordonnance.

Si vous êtes diabétique, parlez-en également à votre médecin car il peut être nécessaire d’adapter la dose de votre antidiabétique.

Si vous avez une maladie rénale, prévenez votre médecin car la prise d’Alli peut être associée à des calculs rénaux chez les personnes qui souffrent d’une maladie rénale chronique.

Interactions médicamenteuses possibles

Ciclosporine :

Une diminution des taux plasmatiques de ciclosporine a été observée dans une étude d’interaction médicamenteuse et également rapportée dans plusieurs cas lorsque l’orlistat est administré en association à la ciclosporine. Cela peut conduire à une diminution de l’efficacité immunosuppressive. En conséquence, l’association n’est pas recommandée. Cependant, si une administration concomitante est indispensable, une surveillance plus fréquente du taux de ciclosporine sanguin doit être réalisée à la fois après l’addition d’orlistat et jusqu’à l’arrêt de celui-ci. Le taux de ciclosporine sanguin doit être surveillé jusqu’à stabilisation.

Acarbose :

En l’absence d’études d’interactions pharmacocinétiques, l’administration concomitante de l’orlistat avec l’acarbose doit être évitée.

Anticoagulants oraux :

Lorsque la warfarine ou d’autres anticoagulants sont associés à l’orlistat, un contrôle de l’INR (International Normalised Ratio) doit être réalisé.

Vitamines liposolubles :

Le traitement par l’orlistat peut potentiellement diminuer l’absorption des vitamines liposolubles (A, D, E et K).

Au cours des essais cliniques, chez la plupart des patients traités par orlistat jusqu’à quatre ans, les concentrations plasmatiques des vitamines A, D, E et K et du bêta-carotène sont restées dans les limites de la normale. Afin d’obtenir un équilibre nutritionnel adéquat, une alimentation riche en fruits et en légumes doit être conseillée aux patients qui suivent un régime. Une supplémentation multivitaminique peut être envisagée. Si une supplémentation multivitaminique est recommandée, elle doit être prise au moins deux heures après l’administration d’orlistat ou au moment du coucher.

Amiodarone :

Une légère diminution de la concentration plasmatique d’amiodarone a été observée chez un nombre limité de volontaires sains après l’administration d’une dose unique d’amiodarone en association avec l’orlistat. Chez les patients traités par l’amiodarone, la pertinence clinique de cet effet n’est pas connue mais peut devenir cliniquement significative dans certains cas. Chez les patients traités par l’amiodarone en association avec l’orlistat, il est conseillé de renforcer la surveillance clinique et électrocardiographique (ECG).

Médicaments antiépileptiques :

Des convulsions ont été rapportées chez des patients traités à la fois par l’orlistat et par des antiépileptiques (ex : valproate, lamotrigine), pour lesquelles une relation de causalité avec une interaction médicamenteuse ne peut être exclue. De ce fait, ces patients doivent être surveillés quant à une possible modification de la fréquence et/ou de la sévérité des convulsions.

Lévothyroxine :

De rares hypothyroïdies et/ou diminutions du contrôle d’une hypothyroïdie peuvent survenir. Le mécanisme, bien que non clairement établi, pourrait faire intervenir une diminution de l’absorption des sels iodés et/ou de la lévothyroxine.

Absence d’interaction :

Aucune interaction avec l’amitriptyline, l’atorvastatine, les biguanides, la digoxine, les fibrates, la fluoxétine, le losartan, la phénytoïne, la phentermine, la pravastatine, la nifédipine par dispositif de délivrance gastro-intestinale, la nifédipine à libération retardée, la sibutramine ou l’alcool n’a été observée. L’absence d’interaction a été démontrée au cours d’études d’interaction médicamenteuse spécifiques.

L’absence d’interaction entre les contraceptifs oraux et l’orlistat a été démontrée lors d’études d’interaction médicamenteuse spécifiques. Toutefois, l’orlistat pourrait réduire indirectement la biodisponibilité des contraceptifs oraux et conduire à des grossesses non souhaitées dans certains cas. Une méthode de contraception complémentaire est recommandée en cas de diarrhées sévères.

Il a été observé des cas de diminution de l’efficacité des antirétroviraux indiqués dans le traitement de l’infection par le VIH, des antidépresseurs, des antipsychotiques(incluant le lithium) et des benzodiazépines, coïncidant à l’initiation d’un traitement par l’orlistat chez des patients préalablement bien stabilisés. Par conséquent, le traitement par l’orlistat doit être débuté seulement après avoir évalué attentivement l’impact possible chez ces patients.

Effets secondaires possibles

Comme c’est le cas avec tous les médicaments, des effets secondaires ont été constatés lors de la prise de ce médicament :

Effets secondaires COURANTS :

  • Un fort désir d’avoir des selles
  • Décharge des selles lors du passage du gaz
  • Augmentation du nombre de mouvements intestinaux
  • Selles molles
  • Niveaux bas de vitamine D
  • Fuite huileuse du rectum
  • Tabourets huileux
  • Des crampes d’estomac
  • L’incapacité de contrôler un mouvement de l’intestin

Effets secondaires PEU FREQUENTS :

  • Une infection respiratoire inférieure
  • Calculs biliaires
  • Diarrhée infectieuse
  • S’ils sont expérimentés, ceux-ci ont tendance à avoir une expression moins sévère
  • Une faible quantité de vitamine A dans le corps
  • Un problème avec les menstruations
  • Une maladie dentaire
  • Sentiments anxieux
  • Carence en vitamine E
  • Vertiges
  • Maladie des gencives
  • Mal de tête
  • Irritation du rectum
  • Batterie faible
  • Douleur musculaire
  • La nausée
  • Endolorissement de la zone rectale

Effets secondaires RARES :

  • Un type significatif de réaction allergique appelé anaphylaxie
  • Une éruption cutanée
  • Un type de réaction allergique appelé angio-œdème
  • Un jaunissement des yeux ou de la peau provenant de l’accumulation de bilirubine appelé jaunisse
  • Tests de fonction hépatique anormaux
  • Inflammation aiguë du pancréas
  • Réaction allergique provoquant une inflammation des vaisseaux sanguins
  • Une réaction allergique à un médicament
  • Saignement de l’estomac ou des intestins
  • Bronchospasme
  • Urticaire
  • Calculs rénaux
  • Insuffisance hépatique
  • Hypoglycémie
  • Infection urinaire
  • Une infection bactérienne de l’oreille moyenne
  • Une quantité élevée d’acide oxalique dans l’urine
  • Arthrite
  • Mal au dos
  • Diminution de l’appétit
  • Inflammation ou infection du vagin
  • Démangeaisons
  • Gonflement de l’abdomen
  • Rétention d’eau visible
  • Vomissement

Si vous ressentez l’un de ces effets secondaires ou un effet indésirable qui n’est pas dans cette liste, ne prenez plus de comprimés Tadalafil et consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Déclaration des effets indésirables suspectés

Si vous observez des effets indésirables il est important de les faire remonter aux organismes responsables du suivi de ce type d’événements afin de contribuer au processus de surveillance du rapport bénéfice/risque du médicament. Vous pouvez le faire via le système national de déclaration de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : www.ansm.sante.fr.

Grossesse et fertilité

Il n’existe pas de données sur l’utilisation de l’orlistat chez la femme enceinte.

Les études chez l’animal n’ont pas montré d’effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryonnaire ou fœtal, la mise bas ou le développement post-natal.

ORLISTAT  devrait être prescrit avec prudence chez la femme enceinte.

 

Vous devez avoir un IMC compatible à la prise du traitement

Votre ordonnance, sur notre pharmacie partenaire, ou auprès de tout autre médecin sera systématiquement refusée si votre IMC est inférieur à celui fixé par le domaine médical pour accorder ce traitement. Ceci est fait pour des raisons médicales ! Votre santé est importante, et prendre ces comprimés avec un poids trop faible serait vous mettre en danger.

Votre IMC DOIT se situer entre 28 et 30 au moins pour justifier la prise de la pilule Alli !

Vous pouvez calculer votre Indice de Masse Corporel ci-dessous pour savoir si vous entrez dans les clous :

Powered by YAZIO

 

La pilule Alli est-elle vraiment efficace ?

La pilule Alli connaît un succès exceptionnel sur le marché de la perte de poids. A ce jour, plus de 30 millions de personnes ont tenté de perdre du poids avec ce traitement. Comme vous pouvez vous en douter, les études sur la pilule Alli ne manquent pas.

Pour commencer, sachez que les études cliniques ont permis de démontrer que la prise de ce traitement permettre l’absorption de 25 % des graisses alimentaires que nous consommons au cours de nos repas.

Parmi les nombreuses études qui ont été menées, deux randomisées, contrôlées en double aveugle contre placebo ont été réalisées sur des personnes ayant une IMC supérieure à 28. Ces personnes prenaient 3 prises par jour à 60 mg. Le prise des gélules a été accompagné pendant toute la durée de l’étude d’un régime hypocalorique pauvre en graisses.

Ces études ont permis de mettre en avant que 37 % des personnes ayant pris Alli ont eu une perte de poids de 5 % en moyenne de leur poids initial au bout de 12 semaines contre 19 % des personnes sous placebo.

Une autre étude réalisée sur 4 ans a également permis de démontrer l’efficacité de ce traitement minceur. En effet, 60 % des personnes ayant pris Alli en plus d’un régime pauvre en graisses contre 35 % des personnes sous placebo ont eu une perte de poids de 5 % au bout de 12 semaines. 62 % ont perdu jusqu’à 10 % de leur poids initial au bout d’un an contre 52 % des patients sous placebo.

En plus d’être efficace dans un processus de perte de poids, les études démontrent la capacité de ce traitement à diminuer le mauvais cholestérol. Lors d’une étude, le changement moyen pour le cholestérol total était de – 2,4 % sous Alli 60 mg contre + 2,8 % pour le placebo. Le changement relatif moyen pour le cholestérol LDL était de – 3,5 % pour Alli 60 mg et + 3,8 % pour le placebo.

Selon les différents témoignages et les études menées depuis des années, cette pilule permet de perdre 1 kg pour 2 kg perdu grâce au régime alimentaire que vous suivrez et grâce à l’activité physique.

Ces résultats sont confortés par le succès que connaît Alli depuis de nombreuses années maintenant. Il est important de savoir qu’après arrêt du traitement, vous ne reprendrez pas les kilos perdus si vous continuez donc votre optique de perte de poids ou de stabilisation en continuant d’avoir de bonnes habitudes alimentaires associées à une activité physique régulière.

perte de poids

 

 

 

  • Résumé des Caractéristiques Produits (RCP) des autorisations de mise sur le marché (AMM) françaises et européennes
  • Livret des interactions médicamenteuses de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)
  • https://www.doctissimo.fr
  • https://eurekasante.vidal.fr