Pilule Minidril : efficacité, posologie, effets secondaires & interactions

Dans quels cas la pilule Minidril est-elle prescrite ?

Minidril (Ovraette) est un contraceptif hormonal oral (CHO) qui est prescrit aux femmes ne désirant pas une grossesse. La prescription de Minidril doit être réalisée en tenant compte des facteurs de risque de la patiente et plus précisément de ses facteurs de risque de thrombo-embolie veineuse (a) et du risque de thrombo-embolie veineuse associé à Minidril en comparaison aux autres contraceptifs hormonaux combinés.

oubli pilule ovranette
Nom
Minidril
Fabriquant
Pfizer
Ingrédient actif
Lévonorgestrel, Ethinylestradiol
Indications
Contraceptif oral
Dosage
1 comprimé/jour à heure régulière
Voie d’administration
Voie orale
Génération
2ème génération
Prise
Sur 21 jours
Type
Pilule combinée
Disponibilité du produit
En stock
Prise en charge
65 %
Où l'acheter ?

Au sommaire

Présentation détaillée de Minidril

Minidril est un contraceptif qui contient un estrogène et un progestatif. Il s’agit donc d’une pilule contraceptive combinée. Elle est minidosée (moins de 0,04 mg d’estrogène) et monophasique puisque tous les comprimés Minidril contiennent la même quantité d’hormones et sont donc de la même couleur. Minidril est une pilule de 2ème génération.

Présentation des plaquettes

Chaque plaquette de Minidril comprend 21 comprimés. Les jours de la semaine sont indiqués sous chaque comprimé afin d’éviter les oublis. Chaque boîte contient 1 ou 3 plaquettes de 21 comprimés, ce qui correspond à un traitement d’1 mois ou de 3 mois.

Aspect et forme

Minidril se présente sous la forme de comprimés enrobés, ronds et de couleur blanche.

Ingrédients et composition de Minidril

Principes actifs Lévonorgestrel (oestrogène), Ethinylestradiol (progestatif)
Autres ingrédients Lactose monohydraté, saccharose, Povidone K25, magnésium stéarate, Amidon de maïs, talc, Macrogol 6000, Calcium carbonate, Povidone K90, cire d’abeille blanche, cire de carnauba.

Mode d’administration et posologie

Les comprimés de Minidril doivent être pris à la même heure chaque jour et avec un peu d’eau si besoin. Vous pouvez prendre le comprimé pendant ou en dehors des repas. Chaque plaquette contient 21 comprimés et à côté de chacun se trouve le jour de la semaine. Cela vous permet de bien suivre votre plaquette et ainsi voir si vous en oubliez un plus facilement.

Lorsque vous avez terminé votre plaquette, vous devez respecter un arrêt de 7 jours. C’est pendant ces 7 jours que vont apparaître vos règles. Le 8ième jour, vous devez commencer une nouvelle plaquette. Vous commencez donc chaque plaquette le même jour de la semaine. Vous êtes protégée d’une grossesse pendant les 7 jours d’arrêt en 2 plaquettes.

Si c’est la première fois que vous prenez Minidril, voici la marche en suivre selon votre situation :

Lors de l’absence d’une contraception hormonale le mois précédent

En l’absence d’une contraception hormonale le mois qui précède la prise de Minidril, vous devez prendre le 1er comprimé le premier jour des règles. Commencez la plaquette selon le jour de la prise et suivez les flèches. Cela vous permet de vérifier que vous n’avez pas oublié de prendre un comprimé.

A la fin de la première plaquette, arrêtez la prise de Minidril pendant 7 jours et commencez la plaquette suivante le 8ème jour. Veillez à prendre chaque comprimé à la même heure chaque jour.

En relais d’un autre contraceptif hormonal estroprogestatif, anneau vaginal ou patch

Prenez le premier comprimé Minidril le jour qui suit la prise du dernier comprimé du contraceptif précédent ou le jour qui suit la période d’arrêt des comprimés au plus tard.

Si vous aviez un anneau vaginal ou un patch, vous devez prendre le 1er comprimé le jour du retrait du patch ou de l’anneau ou le jour prévu pour la mise en place du nouveau dispositif transdermique ou de l’anneau.

En relais d’une contraception progestative de type pilule microdosée, implant, injectable ou DIU contenant un progestatif

En relais d’une pilule microdosée, vous devez prendre Minidril le lendemain de l’arrêt et à tout moment du cycle.

En relais d’un DIU ou d’un implant, vous devez commencer la prise de Minidril le jour du retrait. En relais à un contraceptif injectable, le relais se fait le jour prévu de la nouvelle injection. Il est conseillé dans ce type de relais de prévoir une méthode contraceptive complémentaire pendant les 7 premiers jours de la prise de Minidril.

Après une interruption de grossesse du premier trimestre

Vous pouvez commencer à prendre le 1er comprimé de Minidril en suivant. Vous n’avez pas besoin d’une méthode contraceptive complémentaire.

Après un accouchement ou après une interruption de grossesse du 2ème trimestre

Le risque de thrombo-embolie est important lors d’un post-partum (b). Vous ne devez donc pas prendre un contraceptif oral estroprogestatif avant 21 à 28 jours après votre accouchement ou une interruption de grossesse de 2ème trimestre.

Si vous débutez le traitement contraceptif au-delà de 28 jours après l’accouchement ou une interruption de grossesse, il est conseillé d’utiliser une méthode contraceptive complémentaire pendant les 7 premiers jours.

Pendant l’allaitement

Il est déconseillé de prendre Minidril pendant l’allaitement car les estroprogestatifs et/ou leurs métabolites passent dans le lait maternel. Votre médecin vous proposera donc un contraceptif alternatif si vous allaitez votre bébé.

Mécanisme d’action : comment fonctionne Minidril ?

Minidril est une pilule combinée qui comprend 2 hormones, un oestrogène et un progestatif. En prenant quotidiennement un comprimé de Minidril, ces 2 hormones vont avoir 3 actions complémentaires : au niveau de l’axe hypothalamohypophysaire par inhibition de l’ovulation, au niveau de la glaire cervicale qui devient imperméable à la migration des spermatozoïdes et au niveau de l’endomètre qui devient alors impropre à la nidation. L’indice de Pearl : 0,1.

Les études & actualités sur cette pilule

Etudes menées sur l’efficacité de cette pilule

Les médicaments sont régulièrement « étudiés » par la Haute Autorité de santé. Lors de sa dernière évaluation concernant l’efficacité de la pilule Minidril, l’HAS indique que son efficacité reste importante.(1).

Actualité de Minidril

Les pilules contraceptives font souvent l’objet d’études concernant leur efficacité mais également leur risque de TEV. L’Agence Européenne du Médicament (EMA) confirme toutefois que le risque est moins important à l’utilisation d’une pilule de 2ème génération telle que Minidril en comparaison à une pilule de 3ème ou 4ème génération. Elle recommande donc la prescription de pilules telle que Minidril en première intention. (2)

Que faire en cas d’oubli

Oublier de prendre un comprimé n’est pas sans conséquences. Cela peut en effet diminuer l’efficacité de Minidril et vous risquez donc une grossesse. Nous allons donc vous expliquer quoi faire si vous oubliez de prendre un comprimé :

Lorsque l’oubli est constaté dans les 12 heures

Si vous vous rendez compte que vous avez oublié de prendre votre comprimé dans les 12 heures qui suivent sa prise habituelle, prenez-le immédiatement et continuez le traitement comme d’habitude.

Lorsque l’oubli est constaté après plus de 12 heures

Si vous vous apercevez de l’oubli plus de 12 heures après l’heure habituelle, sachez que la sécurité contraceptive n’est plus assurée.

Il y a 2 règles de base qui s’appliquent dans ce cas :

  1. La prise des comprimés ne doit pas être interrompue pendant plus de 7 jours,
  2. La prise ininterrompue de comprimés Minidril durant 7 jours est nécessaire afin d’obtenir une inhibition correcte de l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien.

Voici les conseils qui vous seront donnés :

  • Semaine 1

Vous devez prendre le dernier comprimé que vous avez oublié dès que vous vous en apercevez même si cela implique de prendre deux comprimés Minidril en même temps. Vous devez ensuite continuer le traitement comme d’habitude.

Il est également conseillé d’utiliser en simultané une méthode contraceptive mécanique complémentaire pendant les 7 jours suivants. Si vous avez eu des rapports sexuels durant les 7 jours avant l’oubli, il est possible que vous soyez enceinte. Ce risque est encore plus important si vous avez oublié plusieurs comprimés ou si l’oubli est proche du début de la plaquette.

  • Semaine 2

Vous devez prendre le comprimé oublié dès que vous vous en apercevez, même si cela implique la prise de 2 comprimés en même temps. Vous n’avez pas besoin d’utiliser une méthode contraceptive supplémentaire sauf si vous avez oublié plusieurs comprimés. Dans ce cas, il est conseillé d’opter pour une méthode contraceptive complémentaire pendant 7 jours.

  • Semaine 3

Dans ce cas, l’efficacité de Minidril est très réduite car l’oubli est proche de l’arrêt des 7 jours. Pour réduire les risques, vous devez moduler la prise des comprimés et il ne sera pas nécessaire d’opter pour une méthode contraceptive complémentaires si vous suivez l’un des deux schémas expliqués plus bas.

Mais à condition d’avoir pris tous les comprimés dans les 7 jours avant l’oubli. Si ce n’est pas le cas, vous devez suivre le schéma 1 expliqué en-dessous et utiliser une méthode contraceptive complémentaire.

Schéma 1 : vous devez prendre le dernier comprimé que vous avez oublié dès que vous y pensez. Vous devez continuer de prendre les comprimés suivants comme d’habitude. Vous commencerez la plaquette suivant sans arrêt des 7 jours.

Schéma 2 : il peut vous être conseillé d’arrêter de prendre les comprimés de la plaquette en cours. Vous devez observer un arrêt de la prise des comprimés pendant 7 jours et continuer la plaquette suivante.

Conduite à tenir en cas de perte ou rejet de la pilule

Si vous vomissez dans les 3 à 4 heures qui suivent la prise d’un comprimé Minidril, si vous avez une diarrhée importante, il est fort probable que les substances actives ne soient pas entièrement absorbées dans votre corps. Dans ce cas, vous devez suivre les consignes indiquées lors de l’oubli d’un comprimé.

Après une diarrhée ou des vomissements, vous devez prendre un autre comprimé d’une autre plaquette de réserve dès que possible et de préférence dans les 12 heures qui suivent l’heure à laquelle vous avez l’habitude de prendre votre comprimé Minidril. Si plus de 12 heures se sont écoulées, vous devez agir comme s’il s’agissait d’un oubli de comprimé. Vous devez donc suivre les indications que nous vous donnons un plus haut.

Comment réagir en cas de surdosage ?

Si vous avez pris plus de comprimés que vous n’auriez dû, des symptômes peuvent apparaître. Il s’agit principalement de nausées, de vomissements, de tension mammaire, d’étourdissement, de douleurs abdominales, de somnolence ou de fatigue et de saignements vaginaux. Il n’existe pas d’antidote. Le traitement consiste donc à réduire les symptômes.

Précautions d’emploi

Effets indésirables possibles

Comme c’est le cas de tous les médicaments, Minidril peut entraîner les effets secondaires suivants :

  • Carcinome hépatocellulaire
  • Tumeur hépatique bénigne
  • Hyperplasie nodulaire hépatique focale
  • Adénome hépatique
  • Vaginite
  • Candidose vaginale
  • Réaction anaphylactique
  • Urticaire allergique
  • Angio-oedème
  • Trouble circulatoire
  • Trouble respiratoire
  • Exacerbation d’un lupus érythémateux disséminé
  • Augmentation de l’appétit
  • Diminution de l’appétit
  • Intolérance au glucose
  • Exacerbation d’une porphyrie
  • Modification de l’humeur
  • Dépression
  • Modification de la libido
  • Nervosité
  • Etourdissement
  • Exacerbation d’une chorée
  • Irritation par les lentilles de contact
  • Névrite optique
  • Hypertension artérielle
  • Thrombo-embolie veineuse
  • Thrombo-embolie artérielle
  • Exacerbation des varices
  • Nausée
  • Vomissement
  • Douleur abdominale
  • Crampe abdominale
  • Ballonnement abdominal
  • Colite ischémique
  • Maladie de Crohn
  • Colite ulcéreuse
  • Ictère cholestatique
  • Pancréatite
  • Lithiase biliaire
  • Cholestase
  • Atteinte hépatocellulaire
  • Hépatite
  • Fonction hépatique anormale
  • Acné
  • Rash cutané
  • Chloasma
  • Hirsutisme
  • Alopécie
  • Erythème noueux
  • Erythème polymorphe
  • Syndrome hémolytique urémique
  • Douleur mammaire
  • Tension mammaire
  • Gonflement mammaire
  • Sécrétion mammaire
  • Dysménorrhée
  • Modification des règles
  • Modification de l’ectropion cervical
  • Modification des sécrétions vaginales
  • Aménorrhée
  • Rétention hydrique
  • Oedème
  • Augmentation du poids
  • Diminution du poids
  • Modification des lipides plasmatiques
  • Hypertriglycéridémie
  • Elévation de la pression artérielle
  • Réduction des taux sériques de folates
  • Phlébite
  • Embolie pulmonaire
  • Spotting
  • Infarctus du myocarde
  • Accident vasculaire cérébral
  • Accident ischémique transitoire
  • Prurit de cholestase
  • Aggravation de lithiase biliaire
  • Porphyrie
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Chorée de Sydenham
  • Exacerbation d’une chorée de Sydenham
  • Aggravation de l’otosclérose
  • Otosclérose
  • Aggravation de la dépression
  • Aggravation de l’épilepsie
  • Aggravation de maladie de Crohn

Si vous avez l’un de ses effets indésirables ou un effet secondaire qui n’est pas dans cette liste, consultez votre médecin.

Contre-indications

Minidril est contre-indiqué dans les cas suivants :

  • Hypersensibilité à l’un des agents actifs ou à l’un des composants de ce médicament
  • Si vous avez déjà eu un caillot dans une vaisseau d’une jambe ou d’un poumon
  • Si vous avez un trouble de la coagulation sanguine
  • Si vous êtes opérée ou si vous être alitée pendant une longue période
  • Si vous avez ou avez déjà eu une angine de poitrine
  • Si vous souffrez d’un diabète sévère
  • Si vous avez une pression artérielle élevée
  • Si vous souffrez d’hyperhomocystéinémie
  • Si vous souffrez de migraines
  • Si vous souffrez d’une pancréatite
  • Si vous avez des antécédents ou une suspicion de cancer du sein ou des organes génitaux
  • Intolérance au lactose

Interactions médicamenteuses

Ce médicament peut interagir avec les médicaments et les traitements suivants :

  • Millepertuis
  • Médicaments contenant de l’ombitasvir/paritaprévir/ritonavir et du dissabuvir
  • Les traitements contre l’épilepsie : primidone, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, carbamazépine, oxcarbazépine, topiramate, rufinamide, pérampanel, eslicarbazépine
  • Les traitements contre la tuberculose : rifampicine, rifabutine
  • Les traitements du VIH
  • Bossetan
  • Modafinil
  • Aprépitant
  • Vémurafénib, dabrafénib
  • Enzalutamide
  • Ulipristal
  • Etoricoxib

Fertilité, grossesse & allaitement

Si vous vous apercevez que vous êtes enceinte pendant la prise de la pilule contraceptive Minidril, arrêtez de la prendre et contactez votre médecin.

Si vous allaitez votre enfant, il est déconseillé de prendre ce contraceptif oral car les estroprogestatifs passent dans le lait maternel. Lors de l’allaitement, un autre moyen de contraception est alors proposé.

Si vous souhaitez être enceinte, vous devez arrêter de prendre Minidril. Le retour à la fertilité se produit pendant le cycle qui suit l’arrêt de la prise de cette pilule.

Informations supplémentaires concernant les populations particulières

Minidril n’est pas indiquée après la ménopause.

Conduite d’un véhicule en utilisant Minidril

Il n’y a à ce jour pas de contre-indications à conduire un véhicule ou à utiliser une machine dangereuse pendant la prise de la pilule contraceptive orale Minidril.

Mises en garde

Les patientes qui prennent une pilule contraceptive combinée ont un risque plus élevée de thrombo-embolie veineuse (TEV) et de complications thrombo-emboliques artérielles (TEA) (3).La pertinence de la prise de Minidril sera donc discutée entre le médecin et la patiente. Nous allons vous expliquer en détails les facteurs de risques et les symptômes d’une TEV et d’une TEA.

Les facteurs de risque d’une TEV

Un IMC (c) important (supérieur à 30) augmente considérablement le risque d’une TEV. il est souvent déconseillé aux patientes qui souffrent d’obésité de prendre Minidril. C’est également le cas pour les patientes qui ont l’obligation d’une immobilisation élevée ou qui vont subir une intervention chirurgicale majeure et toute intervention sur les jambes, le bassin, une neurochirurgie ou un traumatisme majeur.  Si vous êtes dans l’un de ces cas, il vous sera demandé d’arrêter de prendre Minidril 4 semaines à l’avance et de ne recommencer ce traitement qu’après deux semaines après la complète remobilisation.

Les longs trajets en voiture (plus de 4 heures) et les vols très longs qui demandent une immobilisation temporaires sont également des facteurs de risque. Si vous avez une prédisposition héréditaire de TEV, votre médecin vous dirigera vers un spécialiste pour avis. Et enfin, sachez qu’un cancer, un lupus érythémateux disséminé, un syndrome hémolytique et urémique, des maladies inflammatoires chroniques intestinales sont autant de facteurs de risque avec la prise de Minidril.

Les symptômes d’une TEV

Les symptômes suivant doivent vous faire consulter immédiatement votre médecin :

  • Un gonflement unilatéral d’une jambe ou d’un pied
  • Un gonflement le long de la veine de la jambe
  • Une douleur ou une sensibilité dans une jambe qui ne peut être ressentie que debout ou lors de la marche
  • Une sensation de chaleur mais également une rougeur ou un changement de la coloration cutanée de la jambe affectée

Les facteurs de risque d’une TEA

Le risque de développer des complications thrombo-emboliques artérielles ou d’accident cérébrovasculaire est important lorsqu’il y a des facteurs de risque tel que l’âge, et notamment au-delà de 35 ans, lorsque la patiente fume ou lorsqu’elle souffre d’obésité avec un IMC supérieur à 30.

L’hypertension artérielle, des migraines sévères et fréquentes, des antécédents familiaux sont également des facteurs de risque tout comme le diabète, l’hyperhomocystéinémie, la valvulopathie cardiaque, la fibrillation auriculaire ou encore un lupus érythémateux disséminé.

Si vous avez l’un de ces facteurs de risque et le médecin estime que le rapport bénéfice/risque est défavorable, Minidril ne vous sera pas prescrit.

Les symptômes d’une TEA

Vous devez savoir que si vous présentez l’un de ces symptômes lors de la prise de Minidril, vous devez immédiatement consulter votre médecin :

  • Un engourdissement soudain ou une faiblesse au niveau du visage, d’un bras, d’une jambe
  • Une apparition soudaine d’une difficulté à marcher, de vertiges, d’une perte de l’équilibre ou de coordination
  • Une confusion soudaine et des difficultés à parler et à comprendre
  • Une difficulté soudaine à voir avec un oeil ou les deux yeux
  • Une perte de la conscience ou un évanouissement avec ou sans crise convulsive
  • Une sensation de gêne irradiant vers le dos, la mâchoire, la gorge, le bras ou l’estomac
  • Une faiblesse, une anxiété ou un essoufflement important
  • Des battements cardiaques rapides et irréguliers
  • Une douleur, une gêne, une pression, une lourdeur, une sensation d’oppression ou d’encombrement dans la poitrine, le bras ou le sternum
  • Une transpiration, des nausées, des vomissements ou des sensations vertigineuses.

Ces symptômes d’une TEA, d’un accident cardiovasculaire ou d’un infarctus du myocarde nécessite une consultation en urgence.

Tumeurs

Certaines études épidémiologiques (4) suggèrent que les CHC pourraient être associés à une augmentation du risque de cancer du col de l’utérus chez les utilisatrices de CHC au long cours (> 5 ans). Il n’est cependant pas établi si ces pathologies sont dues à d’autres facteurs comme le comportement sexuel et le papillomavirus virus humain (HPV).

Une méta-analyse de 54 études épidémiologiques a conclu qu’il existe une légère augmentation du risque relatif (RR = 1,24) de cancer du sein chez les femmes sous contraception orale. Cette majoration du risque disparaît progressivement au cours des 10 ans qui suivent l’arrêt du CHC.

Le cancer du sein étant rare chez les femmes de moins de 40 ans, le nombre plus élevé de cancers diagnostiqués chez les utilisatrices habituelles ou nouvelles utilisatrices de CHC reste faible par rapport au risque global de cancer du sein.

Ces études ne permettent pas d’établir une relation de causalité. Il est possible que, chez les utilisatrices de CHC, cette augmentation du risque soit due à un diagnostic plus précoce du cancer du sein, aux effets biologiques de cette contraception ou à l’association des deux. Les cancers du sein diagnostiqués chez les utilisatrices ont tendance à être moins évolués cliniquement par rapport à ceux diagnostiqués chez des femmes n’en ayant jamais utilisé.

Dans de rares cas, des tumeurs bénignes du foie (par exemple : adénome hépatique, hyperplasie nodulaire focale), et dans de plus rares cas encore, des tumeurs malignes du foie ont été rapportées chez des utilisatrices de CHC.

Dans des cas isolés, ces tumeurs ont conduit à des hémorragies intra-abdominales mettant en jeu le pronostic vital. Chez les femmes sous CHC, la survenue de douleurs de la partie supérieure de l’abdomen, d’augmentation du volume du foie ou de signes d’hémorragie intra-abdominale doit faire évoquer une tumeur hépatique.

L’utilisation de CHC plus fortement dosés (50 µg éthinylestradiol) diminue le risque de cancer de l’endomètre et de l’ovaire. Ceci demande à être confirmé avec les CHC plus faiblement dosés.

Prix de Minidril

Prix indicatifs. Vous pouvez consulter notre rubrique pharmacie pour comparer les prix.

Quantité Prix
3 mois 56,29 €
6 mois 79,29 €
9 mois 99,05 €
12 mois 122,29 €

Mises en garde concernant l’achat de votre pilule Minidril sur Internet

Acheter son traitement sur Internet est une solution pratique et rapide notamment lorsqu’il s’agit d’un simple renouvellement d’ordonnance. Il faut toutefois savoir que de nombreux sites peu sérieux proposent à la vente Minidril qui au final s’avère être une contrefaçon. Celle-ci peut mettre votre santé en danger en plus d’être inefficace et donc de vous faire prendre le risque d’une grossesse. N’hésitez pas à consulter notre tableau en haut de cet article pour savoir où acheter la pilule contraceptive Minidril en toute confiance.

LEXIQUE

(a) TEV : La thrombo-embolie veineuse est une maladie qui est provoquée par la formation d’un caillot (thrombus) qui obstrue la circulation sanguine et qui peut quelques fois provoquer une embolie pulmonaire.

(b) Post-partum : La période de post-partum s’étend de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de couches c’est-à-dire lorsque les premières règles après la grossesse apparaissent.

(c) IMC : L’indice de masse corporelle permet d’évaluer votre corpulence avec votre poids et votre taille et ce, quel que soit votre sexe. Il se calcule en divisant le poids par le carré de la taille.

Questions fréquentes posées

Faut-il une ordonnance pour acheter Minidril ?

Oui. Minidril est soumise à prescription médicale. Il vous faut donc une ordonnance pour pouvoir l'acheter.

Est-elle remboursée ?

Oui. Minidril est remboursée à 65 % par la Sécurité Sociale.

Quel type de pilule est Minidril ?

Minidril est une pilule de 2ème génération et combinée.

Comment prendre la pilule contraceptive Minidril ?

Vous devez prendre un comprimé chaque jour à la même heure pendant 21 jours. A la fin de la plaquette vous devez respecter un arrêt de 7 jours et commencez la plaquette suivante au 8ième jour.